Les news du Faso

Les news du Faso

Coupure d'eau et d'électricité: Plus rien n'est vraiment comme avant !

C'est maintenant que je commence à comprendre dans toute sa plénitude la célébrissime expression "Plus rien ne sera comme avant". En effet, Michel Kafando est sur le point d'accomplir sa prophétie qu'il a prédite depuis son investiture.

Le Burkinabè moyen qui croyait que la transition allait achever son insurrection populaire se rend compte qu'il s'est foutu le doigt dans l’œil. Sinon comment comprendre qu'un pays qui dit avoir chasser le régime qui était la base de tous ses maux et confié son destin à des "transitaires" puisse se retrouver dans une situation, au bas mot, pire que celle qu'on connaissait sous Blaise Compaoré.

Les coupures d'eau courante et d'électricité sont désormais incrustées dans le quotidien du Burkinabè. Mais de là à coupler ces deux catastrophes, on ne l'a jamais vécu avec une telle intensité. Deux jours pleins sans la seule goutte d'eau du robinet et près de 12 heures sans la moindre étincelle d'électricité, il fallait bien une transition pour nous faire vivre un tel calvaire. Et si le Burkinabè doit comprendre qu'on lui chante à longueur de journée que plus rien ne sera comme avant, il devra se raviser que le changement c'est dans le mauvais sens.

Hormis le manque de boisson alcoolisée qui est plus ou moins grave, le problème des chauffeurs qui est compréhensible, personne ne pourrait justifier le fait que la SONABEL ne puisse pas avoir de réserve de carburant, au point de plonger le Burkina entier dans une obscurité en un seul jour de grève des transporteurs. L'option militaire qu'on nous brandit est celle du médecin après la mort puisque ces coupures d'eau et d'électricité ont déjà fait perdre plus d'un commerçant et de ménage des millions voire des milliards de F CFA.

Si la transition sait vraiment où elle va (ce qui va m'étonner), le Burkinabè est en tout cas perdu. Trêve de gros discours, les élections ne sont pas une priorité pour le Burkinabè, en tout cas pas plus que l'eau et le courant. S'il n'est pas déjà tard, Michel Kafando, Isaac Zida et son gouvernement, devront nous convaincre davantage parce que le Burkinabè continue de sombrer dans le désespoir et encore plus rapidement que sous le régime Compaoré.



31/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres